La vie en bleu

Daniel Jouvance
en terre d’espoir
De retour de Madagascar, Daniel Jouvance nous livre ses premières impressions.
Pourquoi avez-vous choisi Madagascar pour
ce nouveau voyage ?

J'ai voulu donner à cette mission un angle humanitaire fort. Madagascar est le lieu où convergent les actions de plusieurs associations écologiques et humanitaires que nous soutenons : Univers-Sel, le Club des plus belles baies du monde et Antenna Technologie.
Cette île symbolise à merveille mes engagements, mes passions, ma vision du bien-être dans la naturalité, de l'écologie, de l'humanité. Un port d'attache où j'aimerais à terme écrire une des plus belles pages de l’aventure Daniel Jouvance.
La situation humanitaire et écologique de Madagascar vous a visiblement marqué…
Madagascar est un des parents pauvres de cette région, à deux pas de l'île Maurice où se déversent des flots de richesses… Mais assez du catastrophisme. Homme d'action, je ne suis pas parti là-bas pour crier ou pour dénoncer, mais bien pour agir : avancer doucement, avec modestie, mais sûrement. Nous avons beaucoup à apprendre des Malgaches, plus qu'eux n’ont à apprendre de nous. Des solutions sont déjà mises en place, des associations et des hommes agissent au quotidien. Pour moi, l’idée est de leur apporter un soutien direct et concret.
Quels souvenirs gardez-vous de votre rencontre avec les Malgaches ?
Dans mon esprit, l'île de Madagascar a vu naître l'humanité. J'ai rencontré un peuple d'une très grande générosité. Je n'ai jamais ressenti autant d'énergie pure. C'était un bonheur pleinement partagé. Et puis j'y ai fait des rencontres décisives qui ont donné un nouveau sens à mon travail, à ma vision du monde et des hommes. Rencontrer le père Pedro à été particulièrement enrichissant. Depuis plus de 15 ans, il travaille sans relâche à bâtir une société plus équitable, luttant contre la pauvreté. Redonner aux gens le droit vital de manger à leur faim, de travailler, de se loger même sommairement, de scolariser leurs enfants : voilà le combat de toute sa vie.
Des milliers de familles qui vivaient dans le plus grand dénuement, voire sur des décharges, ont ainsi
pu être accueillies et prises en charge : 17 villages ont vu le jour à Madagascar grâce à la force de
ce bâtisseur. Dans un avenir proche, j’espère pouvoir mener à bien un beau projet avec cet homme.
La spiruline,
véritable alternative à la malnutrition
Dans la lutte contre la malnutrition des enfants, Antenna Technologies mise sur la spiruline, une micro-algue bleue aux vertus nutritionnelles exceptionnelles. Au travers des opérations menées à Madagascar, découvrons une action profondément porteuse d’espoir.

Micro-algue aux maxi-propriétés…
Créée en 1990, Antenna Technologies a d'abord vu le jour en Suisse. Aujourd'hui, l'antenne française poursuit l’action contre la malnutrition, en particulier auprès des enfants de 0 à 5 ans.
S’appuyant sur 10 années de recherches, dont 5 de développement de sites pilotes en Inde et en Afrique, Antenna Technologies privilégie la spiruline comme une nouvelle arme pour combattre ce fléau.
Exceptionnellement riche en protéines, acides gras essentiels, acides aminés, vitamines, minéraux, oligo-éléments…, la spiruline, en dose quotidienne de 2 g, peut rétablir un enfant sévèrement carencé en l’espace de 6 semaines. Antenna a donc mis au point un programme approprié pour la culture de cette micro-algue à l’échelle locale, en régions tropicales.




Antenna à Madagascar
Antenna a choisi de s’implanter à Madagascar : une évidence compte tenu de ses problèmes de malnutrition chronique. Depuis sa création en 2005, Antenna Technologies Antsirabé a vu ses projets se multiplier pour venir en aide aux enfants malgaches. Organisant sur place les outils et formations nécessaires pour une production locale, durable et autofinancée, l’association a créé sa première ferme dans le village d’Ibity, à Antsirabé, la 2e ville de Madagascar. 120 m² de bassins y ont été construits pour un potentiel de production de 200 kg de spiruline sèche, permettant le traitement de 2 000 enfants.
Un tiers de cette production a fait l'objet de dons dans des centres nutritionnels ou auprès d'autres associations ou
orphelinats… Après un développement réussi à Antsirabé
et aux environs, de nouveaux projets voient le jour à Sainte-Marie et bientôt aux alentours de Tananarive. L’ensemble des surfaces cultivées devrait atteindre un peu plus de 1 000 m², fin 2008, et permettrait ainsi de soigner une dizaine de milliers d’enfants.
La mer porteuse d’espoir, également sur le terrain nutritionnel… Une « conviction profonde » chez Daniel Jouvance, qui nous «conduit tout naturellement à nous engager auprès d’Antenna pour soutenir leur action», avec enthousiasme et dans la durée.


Pour en savoir plus : www.antenna-france.org.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :