Wasquehal: Etat d'urgence, il faut mettre "la ville sous tutelle"

Publié le 13 Décembre 2011

Citation:

" La réponse ne dépend pas des autres. Elle dépend de nous mêmes, citoyens français, peuple français, trimballés depuis des années d'illusions en illusions "

F. Bayrou

 

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq, ou six ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. "
PMF

 

Hier au  conseil municipal, lors de la lecture du rapport de la CRC, nous avons été stupéfait par l'ampleur des nombreuses irrégularités et malversations avérés commises par l'ensemble de la majorité municipale.

Cliquer ICI pour avoir l'intégralité du rapport de la chambre régionale des comptes

 

" il faut faut dire qu'ils se sont royalement servis dans la caisse sans compter ".

Nous avons  même remarqué que des élus de base pouvaient bénéficier d'un véritable train de vie de sénateur.

Aujourd'hui,  notre ville est en proie à d'importantes difficultés financières et ce n'est pas due uniquement à la crise économique.

Par principe de précaution et afin de préserver les intérêts des wasquehaliens en attendant les résultats des différentes enquêtes.

Nous souhaiterions que le préfet du Nord use de son droit de "mise sous tutelle" de la ville de wasquehal.

La surveillance des finances des collectivités locales fait partie des missions de la préfecture. Cette dernière réalise régulièrement des études qui se basent sur l'endettement, les dépenses des communes, et est amenée à les classer dans plusieurs catégories selon ces résultats : rien à signaler, sous surveillance durant plusieurs années ou en réseau d'alerte, comme à Montreuil. Ce dispositif permet à la ville de bénéficier d'une médiation et d'une aide à la gestion de la part des services de la Trésorerie et de la préfecture. Exceptionnellement, la préfecture peut être amenée à formuler à l'Etat une demande de subvention exceptionnelle en cas de situation financière très grave, comme ce fut le cas à Sevran l'an passé. Si le déséquilibre est énorme et la dette impossible à rembourser, la ville est mise sous la tutelle du préfet, après avis de la chambre régionale des comptes. C'est alors le préfet et non plus le maire qui vote le budget.

 

Rédigé par Sifakas

Repost 0
Commenter cet article