Le candidat Wasquehalien aux législatives signe la charte ANTICOR

Publié le 31 Mai 2012

Un des points forts du programme de notre candidat est la moralisation de la vie publique.

Il  signe aujourd'hui la charte ANTICOR pour conforter son engagement.

ANTICOR est une association anticorruption regroupant des citoyens et des élus des différentes sensibilités républicaines, qui se battent ensemble contre la corruption pour réhabiliter notre démocratie.

Les candidats s’engagent en la signant, s’ils sont élus, à ne pas cumuler avec un mandat exécutif local, ils s’engagent à être rigoureusement transparents sur l’utilisation de leur IRFM (l’enveloppe mensuelle des frais de mandats) et sur l’utilisation de leur « Réserve parlementaire ». Ils s’engagent à œuvrer au sein de l’Assemblée Nationale contre la Justice à deux vitesses qui protègent élus et ministres, à œuvrer pour une République réellement irréprochable, pour Justice indépendante, pour une réelle ouverture de nos démocraties locales, etc… Découvrez cette charte en cliquant sur ce lien.

 

 

- le non-cumul des mandats

- la totale transparence sur l’utilisation de leurs « Indemnités Représentatives de Frais de Mandat »

- la fin de l’opacité et de l’inéquité de la pratique féodale de distribution de la « Réserve parlementaire »

- le soutien à une nouvelle clause d’éligibilité, à savoir l’absence de toute condamnation pour des délits ayant trait à la gestion de l’argent public

- la fin de tout ce qui concourt à une Justice à deux vitesses qui protègent les élus et Ministres plus que les simples citoyens (levées d’immunité, CJR, statut pénal du Chef de l’Etat…)

- l’exigence d’une Justice vraiment indépendante, aux moyens renforcés

- l’obligation d’ouverture d’une information judiciaire dès que des Magistrats aux comptes révèlent des irrégularités de gestion de l’argent public

- la possibilité d’ester en Justice pour les associations anticorruption

- la lutte contre les conflits d’intérêt, tant par la prévention que par les sanctions

- le renforcement des droits des citoyens par une participation plus active à la gestion des affaires publiques

- l’encadrement strict du lobbyisme avec des sanctions à la clé

- le déverrouillage des trop nombreux abus de pouvoir locaux, avec des mesures imposant notamment le respect des minorités municipales, gages d’ouverture pour nos démocraties locales.

Rédigé par Sifakas

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Une amie PCD 11/06/2012 08:49

Chers amis,
Vous avez voté François Bayrou au premier tour et pour beaucoup, vous vous trouvez face à ce choix cornélien de choisir Nicolas Sarkozy ou François Hollande… ou de ne pas choisir en votant blanc,
ce qui serait une manière d’accepter passivement, celui qui sera finalement élu. Et peut-être, un jour, de le regretter.

Vous avez voté François Bayrou parce que vous ne supportez plus le style de Nicolas Sarkozy.
A ce que vous voyez comme l’agitation d’un hyperprésident tenté de bâillonner les contre-pouvoirs, à ce que vous voyez comme une proximité malsaine avec les people et les grands patrons, à ce que
vous avez perçu comme une série d’affaires vous faisant redouter le spectre de Silvio Berlusconi, vous avez préféré ce que vous considérez comme la lente sagesse d’un homme du pays basque, la
hauteur culturelle d’un professeur de lettres, sa discrétion et sa pudeur, la défense des territoires contre le jacobinisme, l’inlassable combat contre la corruption.
Vous avez voté François Bayrou parce que vous ne supportez plus la dérive droitière de Nicolas Sarkozy, son obsession pour la sécurité, ce que vous avez perçu comme une tendance à stigmatiser les
personnes d’origine étrangère. Parce que vous n’aimez pas, également, cette manière que vous jugez politicienne de s’attirer les voix du Front National.
Parce que vous préférez le centre à l’éternel débat gauche-droite, la modération aux surenchères des grands partis, les propositions de fond aux petites phrases.
Pourtant, posez-vous la question des valeurs auxquelles vous êtes par-dessus tout attachés. Si on vous demandait de choisir entre François Fillon et Dominique Strauss-Kahn lequel choisiriez-vous ?
Et entre Jean Louis Borloo et Martine Aubry ? Et entre Alain Juppé et Ségolène Royal ? N’oubliez pas que derrière un homme, il y a un gouvernement.
Vous ne votez pas seulement pour un homme, vous votez pour une politique, vous votez pour la moins pire des politiques, pour la plus à même d’assurer votre avenir et celui de vos enfants.
Vous voulez l’assainissement de la dette publique. Pensez-vous que François Hollande, en embauchant 60 000 fonctionnaires, permettra un retour à l’équilibre ? Même en 2017 comme il s’y est engagé !
Vous voulez qu’on produise français en France. Pensez-vous qu’avec les hausses d’impôts massives que la gauche permettra, avec les taux d’intérêt qui risquent d’augmenter, les entreprises
françaises décideront de relocaliser leurs productions ?

Vous craignez la droitisation de l’UMP. Et la gauchisation du PS ? Lorsque Mélenchon totalise 11 % des voix au premier tour ? Avez-vous entendu ses discours ? Seriez-vous prêts à le voir un jour au
gouvernement ?
Vous n’aimez pas, simplement, Nicolas Sarkozy. Vous le trouvez parfois et même toujours, populiste. Pourtant, s’il n’avait pas été là, où en serait l’Europe ? Vous avez vécu dans votre vie
professionnelle la crise financière. N’est-ce pas lui qui a permis par sa pugnacité de sauver et les banques et l’euro ? Pourquoi Angela Merkel tient-elle tellement à ce qu’il gagne ? Parce que
sans lui, le couple franco-allemand battrait de l’aile. Parce que les Allemands savent, comme bien d’autres, à quel point le parti socialiste français est éloigné de la sociale-démocratie.
Enfin, s’agissant de l’immigration, pensez-vous qu’il soit possible, également, d’accepter le multiculturalisme de la gauche ?
Comme vous, nous n’avons pas trouvé acceptable la circulaire du ministère de l’Intérieur demandant d’ici trois mois, le démantèlement des campements illégaux, en priorité ceux des Roms. Comme vous,
nous voulons, nous exigeons, chaque fois, un respect absolu de la dignité de chaque personne. C’est ce qui fonde notre engagement au Parti Chrétien-Démocrate. Mais nous pensons que nous pouvons
mener ce combat au côté de la majorité présidentielle, pour l’influencer, pour faire en sorte que, de plus en plus, il existe une véritable droite sociale !!
Nous vous invitons à nous rejoindre dans ce combat. Et si nous comprenons bien toutes vos réticences, (que nous partageons tous, au moins certaines d’entre elles), nous vous supplions de les
surmonter dimanche prochain, au moment où vous mettrez votre bulletin dans l’urne, par la conscience très claire de ce qu’il y a de mieux pour les cinq prochaines années, malgré tout, pour notre
cher pays..
 
Un amie du PCD de Wasquehal S.D