UMP local réclame davantage d'Elus alors que Sarkozy chute de 13 points

Publié le 4 Février 2008

Un sondage LH2-Libération réalisé avant et après l'annonce de son mariage avec Carla Bruni, révèle une majorité de 55% d'opinions négatives.

Nicolas Sarkozy continue de dévisser dans les sondages. Son mariage avec Carla Bruni n'y aura rien fait, selon une étude LH2-Libération réalisée avant et après l'annonce de l'union présidentielle. Le chef de l'Etat subit une chute de 13 points de sa cote de confiance avec, pour la première fois, une majorité de 55% d'opinions négatives.

L'érosion progressive de la cote de confiance de Nicolas Sarkozy depuis son arrivée à l'Elysée, de 67% en juillet 2007 à 54% en janvier, s'est subitement accélérée entre janvier et février.

En baisse de trois points avec 47% d'opinions positives, le premier ministre François Fillon, devance le chef de l'Exécutif de 6 points. C'est un «effondrement d'une rare ampleur», juge François Miquet-Marty, directeur des études politiques de LH2 pour lequel «il existe peu d'exemples de défections aussi massives, si ce n'est le cas de Jacques Chirac en 1995».

 

«Discrédit»

 

Selon l'institut, «le discrédit émane de la plupart des catégories sociales et politiques». En effet, le président de la République «subit des revers majeurs auprès des hommes (40 % d'opinions positives -14 points par rapport à janvier) comme auprès des femmes (41 %, -13), auprès des 18-24 ans (38 %, -15) comme auprès des 50-64 ans (37 %, -16), auprès des cadres 41 % (-13) comme des ouvriers (38 %, -16), auprès des sympathisants de gauche (19 %, -11) comme des personnes sans proximité partisane déclarée (43 %, -16).

Premier facteur explicatif de cette forte baisse de la popularité, selon l'institut, le «discrédit qui le touche en matière économique»: 84 % des Français ne sont pas satisfaits de la politique concernant le pouvoir d'achat, 75 % sont insatisfaits de «la croissance économique», 68 % du problème de l'emploi. 68% des Français ne font pas confiance au chef de l'Etat et au gouvernement pour améliorer le pouvoir d'achat et 60% ne leur font pas confiance pour améliorer la situation économique. Deuxième cause de la chute de popularité du président, la désapprobation de son style personnel. «L'affichage de la vie privée» est désapprouvé par 76 % des interviewés.

* Ce sondage a été réalisé par l'institut LH2 les 1er et 2 février 2008, par téléphone, selon la méthode des quotas, sur un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Rédigé par Joris

Publié dans #Revue de presse

Repost 0
Commenter cet article